Language :

About this notice

Date :

  • 1932

Editor(s) :

  • Archives départementales
Organization
Bibliothèque Méjanes [France]
collection :
Imprimés de la Bibliothèque Méjanes |Aix en Provence - France]
class :
Fonds PROVENÇAL - Bibliothèque Méjanes [Aix-en-Provence - France]
item :
Bouches-du-Rhône (Les) : 04, I : encyclopédie départementale : Monographies communales : Archéologie, des origines à 1789

Author : Benoît, Fernand [author] , Masson, Paul [author]

Level : Item  / Reference : 944.9 BDR (4) 1er vol.

00000220.jpg - Bouches-du-Rhône (Les) : 04, I : encyclopédie départementale : Monographies communales : Archéologie, des origines à 1789

Full text version - 00000220.jpg

View the image

·— 170 ;
le 23 mat 604, et conservée dans la chapelle Notre—l)atne de Vie, au pied
du village de Venasque (elle est reproduite dans le Congrès archéologique
d’Àvîgnvi1, 1909, tbxhe I, 282) ; elle est taillée à fond de cuve À à la
tete sont des rosaces, puis Fînscrlption dans un cartouche ; au-dessous,
une grande croix pattée couverte de petits carrés repercés d’un trou;
entre les bras et le montant de la croix sont logés quatre rosaces ainsi
que Valpha et l‘oméga symboliques: l'ensemble, malgré la grossièreté
du métier, est extrêmement décoratif.
De la tin de l`époque carolingicnnc est la pierre tombale de Teucinde,
la fondatrice de l’abbaye de Montmajour, morte le 2 septembre 977 ; cette
pierre, conservée dans une propriété voisine de l’abbayc, ne porte plus
qu’üne croix et l’inscription. lx C’est ici la nuit de l’an mille. »
Le musée d‘Arles conserve la pierre tombale, avec épitaphe, du comte
de Provence Geoffroy, mort vers 1060 ; elle provient du cloître de MUnt—
niajour ; elle est analogue à celle de Boetius. « On ii’avait pu mieux faire,
dit M. Labande, dans la plus riche abbaye, pour le maître de la
Provence. s
Le haptistère de Venasque et le musée d’Arles conservent des cha
piteaux rnérovingiens dont les uns dérivent du chapiteau corinthien, et
les autres sont couverts de galons tordus, Ils sont traités avec une habileté
relative, en tout cas supérieurs à ceux de l’époque carolingienue: alors
le tailleur ne sait plus dégager ni courbes ni volutes du cylindre ou du
cube qui lui a servi de point de départ (Saint-Pierre de Montmajour) ;
on recourut alors, pour décorer les pauvres maçonneries, à des revête
ments faits de dalles couvertes d’entrelacs qui, souvent, ne manquent pas
d’élégance ; le musée d’Arles en conserve de bons échantillons, mais on
sait que ce genre de décoration fut utilisé dans toute l’étendue de l’empire
carolingien.
La tombe d’Izarn, abbé de Saint-Victor de Marseille, est aujourd’hui
conservée au musée Borély 2 c’est un ouvrage infiniment curieux qui nous
montre la sculpture provençale en train de renaître. lzarn est représente
couché au fond d’une cuve, sculpté en demi-relief, mais on ne voit de lui
que la tête et les épaules d’une part, les pieds et le bas du vêtement
d’autre part ; ne reste du corps est recouvert par une grande dalle por
tant une magnifique inscription qui nous donne la date du décès, 1048,
et dont le style est bien celui du milieu du x1' siècle ; il y a tout lieu de
penser que le sculpteur a imaginé cette disposition si originale pour ne
pas avoir à executer toute une draperie ; et cependant, le peu que nous
en voyons; lé has surtout, ainsi que les pieds, témoigne déjà d’une inco11»
testable habileté. La tête, irnitée d’un modèle gallo-romain, peut—être aussi
d’un ivoire byinntin, est beaucoup moins réussie.
Many thanks to the following sponsors